novembre 2019

Vous ne suivez pas les infos de très près, mais vous aimeriez malgré tout garder un œil sur l’actualité ? Voici en bref ce qu’il faut savoir en ce moment :


La précarité étudiante (France) :

« La précarité tue », rappellent depuis quelques jours des centaines d’étudiants à travers la France et sur les réseaux sociaux. C’est leur réponse au drame qui a frappé le campus de Lyon-2. Vendredi 8 novembre, un étudiant désargenté s’est immolé par le feu. Brûlé à 90 %, il est toujours entre la vie et la mort. Militant du syndicat Solidaires, il avait laissé un message dénonçant la précarité étudiante qui le touchait, lui, comme des centaines de milliers d’autres. Condamnant la violence, la plupart des responsables politiques ne nient pas le problème. Interrogé sur le sujet, le secrétaire d’État à l’Éducation et à la Jeunesse Gabriel Attal enfonce le clou, parlant de « misère étudiante », sur RTL. En effet, la France compte 2,7 millions d’étudiants dans l’enseignement supérieur, dont 1,6 million à l’université. Âgés de 18 à 28 ans pour la plupart, ils ne peuvent bénéficier du RSA avant 25 ans… et les aides existantes peinent à couvrir des études par nature pas ou peu rémunératrices. Selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) de 2015, 19,1 % des étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté – soit avec moins de 60 % du revenu médian (987€ par mois). C’est moins que dans la population des chômeurs, mais c’est nettement plus que dans l’ensemble de la population. Avec d’aussi maigres ressources, un étudiant issue d’une famille « moyenne » – trop riche pour obtenir une place en Crous, mais trop pauvre pour subvenir correctement aux besoins de ses enfants étudiants – n’a souvent qu’une alternative : renoncer à ses études, ou travailler en parallèle.


« Ok boomer ! » (Nouvelle-Zélande) :

« Aujourd’hui, l’âge moyen de ce 52ème Parlement est de 49 ans. Ok boomer ! » a prononcé Chloé Swarbrick, parlementaire membre du Green Party. C’est l’histoire d’une phrase virale sur internet… qui vient de faire son entrée au Parlement néo-zélandais ! L’expression s’est bien évidemment répandue sur les réseaux sociaux pour dénoncer la condescendance dans baby-boomers face aux nouvelles générations.

Les baby-boomers, c’est la génération née durant la période de forte croissance économique ayant suivi la seconde guerre mondiale. Une génération à qui beaucoup reprochent de ne pas avoir agi face aux crises climatiques. Ce « Ok boomer » était destiné à un parlementaire ayant interrompu Chloé Swarbrick alors qu’elle tentait d’alerter sur l’urgence climatique.


Mark Zuckerberg vs. Alexandria Ocasio-Cortez (Etats-Unis) :

Devant le Congrès américain, Mark Zuckerberg était venu présenter et défendre le nouveau projet de monnaie numérique de Facebook, le libra. Mais l’audition, qui a duré plusieurs heures, s’est peu à peu transformée en un calvaire pour le fondateur et PDG du réseau social. Très critiques, les élus américains présents ont cherché à mettre en lumière et à déterminer le rôle joué par Facebook dans la désinformation, ainsi que les risques, compte tenu de sa puissance, qu’elle représente pour la démocratie. Et encore une fois, la plus jeune représentante démocrate au Congrès, Alexandria Ocasio-Cortez, habile à ce jeu-là, a frappé un grand coup. En seulement cinq minutes, le temps de parole imparti pour chaque élu, elle est parvenue à mettre en difficulté son interlocuteur. Devenue la grande spécialiste de cet exercice, celle qui est surnommée « AOC » fait encore une fois la démonstration de ses qualités d’oratrice et d’argumentation.


Chute du mur de Berlin : 30 ans de réunification (Allemagne) :

L’Allemagne a célébré, le samedi 9 novembre dernier, le 30ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin, aussi appelé le Mur de la honte. Cet événement de l’Histoire moderne de l’Europe reste ancré dans la mémoire collective et acte la délivrance d’un peuple. C’était en 1989, l’année où l’Allemagne a été « réparée » de cette cassure qui a séparé une nation, faisant vivre une moitié dans la modernité et le développement économique, et laissant une autre moitié dans le total abandon. Une cassure représentée par une séparation physique, un mur qui a littéralement scindé l’Allemagne en deux, coupant des villages en deux, séparant des enfants qui jouaient ensemble quelque temps auparavant, pour les laisser grandir chacun de leur côté. Le Mur de Berlin, c’est ce mur construit dans la nuit du 12 au 13 août 1961, long de 155 mètres sur 3,6 mètres de hauteur qui a séparé l’Allemagne en installant une frontière entre la République fédérale d’Allemagne (RFA) et la République démocratique Allemande (RDA). Le 9 novembre 1989, c’est à cette date, pendant l’automne, que l’Europe allait vivre un moment historique. Les Allemands ont mené une « révolution pacifique » en faisant part de leur colère, mettant fin à une séparation absurde qui aura duré plus de 28 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *