écrit par Assia El Manfaloti

*****

Tu as certainement rencontrer ce terme dans la rubrique « actualité » du magazine.

Étant donné que ce sujet est très vaste et intéressant voici un article explicatif et plus approfondi sur la façon dont fonctionne cette technologie et les enjeux sociologique et juridique qu’elle implique.

(Cet article ne parle pas de Zao, mais du DeepFake en général)

À l’origine utiliser par des gros studios de Cinéma pour faire de la fiction, cette technologie est de plus en plus accessible au grand public.

Pour faire simple, le DeepFake consiste à prendre une vidéo réelle, avec des personne réelles et à y intégrer le visage de la personne de votre choix.

Comment cela fonctionne ?

Le principe est simple et ne demande rien de plus qu’un ordinateur puissant et un peu de patience.

Vous choisissez la vidéo que vous vous voulez avec un acteur qui a une corpulence similaire à celle de la personne que vous voulez incruster (pour rendre les choses plus claires nous allons l’appeler « la cible »), puis vous cherchez une bonne quantité de photos et vidéos du visage de votre cible dans tous les angles possible.

C’est pourquoi ce sera plus simple si votre cible est personnalité célèbre dont vous pouvez trouver une bonne quantité de photos, interviews, films, etc.

Plus il y a de vidéo plus la qualité sera au rendez-vous !

Enfin vous lancez quelques ligne de codes trouvable sur internet, ou utilisez une des applications disponible pour le grands public, vous laisser votre processeur faire le reste et…

POUF vous voilà avec votre propre vidéo de Jean-Claude Van Damme qui fait une danse Fortnite !

Voilà un exemple d’utilisation qui est plus marrant et ridicule que méchant, mais en réalité les utilisations sont infinies avec pour seul limites votre temps et votre imagination, et tout le monde n’a pas que de bonnes intentions. C’est comme ça que certains acteur connus se retrouve avec un procès parce qu’une vidéo d’eux tourne sur internet ou ils font quelque chose d’illégal.

Ou encore une actrice respectée qui voit tous les regards sur elles changer parce qu’une vidéo d’elle traine où on la voit complètement dépravées, vidéo fausse évidemment.

Et vous, jeunes adolescents, qui avait l’habitude d’envoyer toutes sortes de photos et vidéos de vous en public ou en privé, dites vous qu’avec une centaines de vidéo et sur une courte vidéo, vous pourrez êtres une cible parfaite. Et ainsi n’importe qui pourrait se retrouver à son désavantage dans une vidéo complètement fictive et irréelle, et pourtant plus vraie que nature.

De plus, pour le moment cette technologie n’est que très peu médiatisée en France, ce qui crée encore plus de confusions car beaucoup de monde ne connaît pas et n’arrive pas à comprendre que les vidéos qu’ils voient peuvent être créées de toutes pièces.

Cette technologie se base sur le « deep learning » c’est à dire que plus on lui donne de vidéos et photos à analyser, plus le logiciel est performant à reconnaître les visage et donne un rendu et réaliste et… terrifiant.

Associée à la voix d’un imitateur et n’importe et il est possible de créer, à partir de presque rien, une vidéo troublante de vraisemblance !

Ce qui ouvre le problème sur une nouvelle question :

Le poids de cette technologie sur le système juridique. En effet, on pouvait déjà modifier des photos et des vidéos, mais si on peut désormais même créer des vidéos : ces dernières ne peuvent plus être considérées comme « preuves recevables » dans une enquête ou un procès.

Ce qui réduit de beaucoup la diversités, et donc la quantités, des preuves disponible.

On ne peut plus compter que sur les preuves matérielles et les témoignages (qui peuvent également être falsifiés) pour découvrir la vérité et décider de la culpabilité ou l’innocence de quelqu’un.

Bien-sur pour l’instant, les logiciels ne sont pas encore assez puissants et ne permettent pas encore de faire des vidéos sans imperfections, mais seul les plus patient et les professionnel s’attarderont sur une vidéo pour réussir à remarquer la supercherie. Le grand public, qui est la cible principale de ce genre de vidéo, ne va pas prendre le temps de se poser la question.

Et comme dit, précédemment cette technologie s’améliore avec le temps et d’ici quelques mois ou années, les DeepFake seront presque indissociable de la réalité.

Pour lutter au mieux contre la désinformation et ce que cela risque d’engendrer, tout ce que je peux vous conseiller c’est de toujours vérifier vos sources, et ne pas prendre tout ce que vous voyez comme argent comptant.

Même les plus gros sites et chaînes d’information peuvent faire la confusion, alors prenez les informations « à chaud » avec des pincettes et privilégiez les multiples sources avant de croire ce que vous trouver sur Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *