écrit par Maxime Haudeville

Aaah, l’Australie… Ses koalas, ses kangourous, sa grande barrière de corail, son opéra de Sydney… Et ses feux de forêt dévastateurs. Cela fait maintenant depuis septembre que le pays brûle, les incendies consumant faune, flore et habitations, poursuivant inexorablement leur avancée dévastatrice. Ils ont maintenant brûlé une surface équivalente à deux fois la Belgique. Des centaines de milliers de personnes ont dû évacuer dans plusieurs Etats différents, notamment dans le Sud-Est du pays, l’une des zones les plus touchées ; et vingt-quatre sont mortes. De nombreux villages ont été détruits. Et selon une étude de l’université de Sydney, près de 500 millions d’animaux ont été tués ou blessés par les flammes dans le seul Etat de Nouvelle-Galles du Sud, dont un tiers de la population de koalas. C’est un désastre écologique, économique et social sans précédent.

Mais comment en est-on arrivés là ?

(Ce pompier semble se trouver dans une forêt enneigée : en réalité, ce sont des cendres !)

Rappelons que l’Australie se situe dans l’hémisphère sud et que là-bas, ce qui correspond à l’hiver pour l’hémisphère nord correspond à l’été pour eux. Ainsi, il est fréquent de voir apparaître à cette période de l’année des bushfires (feux de brousses). Cependant, leur actuelle densité et leur durée – depuis plusieurs mois – sont sans précédent. Au regard des climatosceptiques, cela serait dû à un manque d’entretien des espaces naturels, lui-même lié à la volonté des écologistes de ne pas perturber la faune et la flore. Cependant, la réalité est bien plus complexe. En effet, les températures en Australie n’ont cessé d’augmenter au cours de ces dernières années, entraînant des pics de chaleurs importants (il a fait 48°C dans un quartier de Sydney le samedi 4 janvier) de même qu’un assèchement de l’air et des sols. Cela est sans doute dû, comme vous pouvez vous en douter, au réchauffement climatique. Pour ne rien arranger, l’année 2019 a été la plus chaude et la plus sèche jamais relevée dans le pays – résultat : la NASA a enregistré 65.000 feux en 2019 dans le seul Etat de la Nouvelle-Galles du Sud, contre 13.000 – en moyenne – sur les dix-huit dernières années. Du jamais vu.

Selon Cormac Farrel, expert en feux de brousses : « les feux couvrent une région si vaste qu’il n’y a pas assez de pompiers et de bombardiers d’eau pour les stopper. » Pour l’instant, les soldats du feu australiens tentent vainement de calmer les incendies et de prévenir ceux qui pourraient survenir. Des rotations de pompiers canadiens et américains viennent les aider, bien que l’aide internationale se fasse au compte-goutte. Il ne reste plus qu’à espérer que la pluie vienne en aide à l’Australie.

Que fait le gouvernement australien face à cette crise ?

Depuis le début des incendies, des milliers de maisons ont été détruites, des villages ravagés, des villes menacées. Aussi, le gouvernement a ordonné l’évacuation de centaines de milliers de personnes, qui se sont réfugiées sur les plages ou sur des bateaux. Des navires et des avions militaires ont été mobilisés pour leur venir en aide et évaluer les dégâts.

Cependant, le premier ministre australien, Scott Morrison, est vivement critiqué par la population. En effet, il est connu pour ses points de vue climatosceptiques, et a été d’ailleurs le premier à dire que le réchauffement climatique n’était pas responsable des feux – avant de finalement le reconnaître en décembre. Ainsi, il a traité les incendies avec une grande nonchalance, n’écoutant pas les conseils des experts pour limiter les feux et se permettant même des vacances à Hawaï pendant les fêtes, ce que les australiens ont eu du mal à digérer. Et leur ressentiment s’est déclaré tout de suite : plus de 162.000 personnes ont déjà exigé sa démission dans une pétition en ligne. Apparemment insensible, il a assuré dans ses vœux pour 2020 que l’Australie était « le meilleur endroit pour élever ses enfants ».

Un ciel rouge sang pour célébrer les incendies.

Depuis des semaines, le ciel de l’Australie a pris une couleur de fin du monde. Elle est provoquée par la fumée rougeoyante des feux de brousses, une teinte digne des ravages qu’ils causent. Au début du mois de janvier, ces nuages rouge sang, de par leur énormité, ont même atteint le Chili et l’Argentine. Pour l’instant, 24 personnes sont mortes, dont trois pompiers volontaires. Elles ont été tuées par les flammes alors qu’elles tentaient de sauver leur maison ou celle d’amis. Près de 500 millions d’animaux sont morts ou ont été blessés, rien qu’en Nouvelle-Galles du Sud. Des millions d’autres ont été forcés de fuir les incendies. Or la biodiversité de ce pays est unique : environ 80 % des espèces y sont endémiques, c’est-à-dire qu’elles n’existent qu’en Australie et nulle part ailleurs. C’est un désastre écologique sans précédent, et la faune et la flore mettront longtemps avant de s’en remettre. Le koala, animal totem de l’Australie, a vu un tiers de sa population disparaître dans les flammes. N’ayant pas le réflexe de fuir, cet animal préfère grimper dans les arbres en cas de danger ; ce qui est mortel dans le cas de feux de forêts.

Nous devons être vigilants : l’ampleur des incendies d’Australie ne sera bientôt plus un cas isolé. Avec le réchauffement climatique, il risque d’y avoir d’autres catastrophes… Et nous devons y être préparés.


Sources :

https://www.businessinsider.fr/des-photos-montrent-un-ciel-rouge-sang-en-australie-ou-les-feux-de-brousse-font-rage/#une-seconde-image-montre-lincendie-sous-un-autre-angle

https://www.la-croix.com/Monde/Asie-et-Oceanie/Incendies-Australie-premier-ministre-aucune-credibilite-2020-01-06-1201069978

https://www.ouest-france.fr/monde/australie/incendies-en-australie-l-aide-internationale-arrive-au-compte-gouttes-6678822

https://www.la-croix.com/Monde/Asie-et-Oceanie/Incendies-Australie-Il-faut-imaginer-lavenir-non-pas-sans-feu-avec-2020-01-03-1201069638

Plus de nombreux articles du journal Le Monde, qui a bien couvert l’évènement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *